Derrière chaque discipline sportive historique en France se cache toujours une fédération, prête à tout vous expliquer, depuis l’art de faire ses lacets comme au XIVème siècle jusqu’aux démarches administratives pour devenir membre de la garde rapprochée de son président. Et qui s’en plaindrait ? Du fait d’être structurées, les disciplines en question disposent de meilleurs outils pour se développer et se faire connaître. C’est bien tout le mal qu’on peut leur souhaiter.

Notons cependant que certaines d’entre elles sont, à l’instar de l’escrime artistique, considérées comme des déclinaisons de disciplines principales, en l’occurrence l’escrime sportive, d’une toute autre ambition. L’une d’entres elle vous donne rendez-vous tous les quatre ans sur France Télévision, prête à faire retentir la Marseillaise, l’autre s’invite parfois dans les pages culturelles ou sportives du canard local. Aucune différence de qualité, pourtant, mais au-delà d’écarts de développements compétitifs, le fond, le public et le ton ne sont pas les mêmes. L’escrime artistique se vit. Elle est un cri du coeur, emprunte au théâtre, dramatise ses passes d’armes, se pare de costumes anciens, se veut flamboyance visuelle et art consommé de la mise en scène. C’est un spectacle. Voilà pour ce qui est de l’approche vulgaire de votre serviteur. Maintenant, laissons les professionnels en parler bien mieux :

D’après la Fédération Française d’Escrime : “L’Escrime fait partie intégrante de notre Patrimoine et de notre Histoire, que ce soit comme moyen de se défendre ou en tant que discipline faisant partie de la bienséance et du savoir vivre au même titre que la danse, la musique, ou l’équitation.

L’Escrime Artistique fait revivre la pratique de cette Escrime à travers toutes les époques, de l’antiquité au début du XXème siècle, en passant par le Grand Siècle et le Siècle des Lumières.

Ce n’est ni plus ni moins que l’escrime de cape et d’épée utilisée dans les films, les pièces de théâtre et les romans du même nom.

Les armes multiples et variées s’utilisent en fonction du siècle considéré : épée à deux mains, hache, fléau d’armes, dague, rapière, bâtons, canne, épée, fleuret, sabre…

L’Escrime Artistique est un mélange d’activité sportive et de discipline artistique, où la dépense physique, très importante, côtoie allègrement le côté comédien, le tout incluant un aspect historique très prononcé. Ivanhoé, les Chevaliers de la Table Ronde, d’Artagnan, Lagardère, Fanfan la Tulipe….faisant partie de notre patrimoine culturel et historique !”

A retrouver dans le détail par ici : https://www.escrime-ffe.fr/fr/l-escrime/escrime-autrement/escrime-artistique.html

Vous doutez du sérieux de la discipline, malgré l’appui d’une fédération sportive ? Les mécréants ont la vie bien facile, de nos jours. L’Académie d’Armes de France, Association des Maîtres d’Armes depuis 1567 (excusez du peu), s’empresse de venir vous faire la leçon :

“Face à un engouement sans cesse croissant, l’Académie d’Armes de France a assumé, dès les années 1990, la divulgation de cette discipline, tant par la connaissance de ses Maîtres que par les actions entreprises, et a mis en place des structures de développement afin de formaliser sa pérennité aussi bien au niveau de son enseignement, de sa pratique, que de la compétition, par :

  • l’organisation et l’encadrement de stages
  • la création de diplômes d’enseignants d’Escrime Artistique et de Spectacle (actuellement réservés aux Maîtres d’Armes)
  • la mise en place de niveau de pratiques : les Rapières
  • la mise en place de règles de sécurité
  • l’organisation des championnats de France et du Monde (1ère édition en l’an 2000) en relation avec l’Académie d’Armes Internationale.”

Beaucoup d’informations complémentaires de ce côté : https://www.escrime-aaf.fr/escrime-artistique

Afin de compléter comme il se doit cette présentation, une vidéo explicative est toute indiquée :

Nota bene : les sabres lasers sont une hérésie historique.

Catégories : Escrime artistique